Tout savoir sur la pilule contraceptive

La contraception permet aujourd'hui de contrôler le nombre de naissances au sein des couples mais également d'éviter les grossesses non désirées pour les femmes célibataires. Parmi les méthodes de contraception les plus utilisées figurent la pilule contraceptive à base de formule oestroprogestative. Cette formule est composée de progestatif, d'éthynilestradiol et d'oestrogène. Les pilules contraceptives disponibles aujourd'hui sur le marché de la contraception se distinguent entre elles en fonction du progestatif qu'elles renferment. Mais certaines d'entre elles comprennent aussi de l'oestrogène dans leur formule, qui est une hormone naturelle.

L'effet contraceptif de la pilule agit à trois niveaux :

  1. Premièrement, elle empêche l'ovulation (phénomène de libérations des ovules par les ovaires.
  2. Deuxièmement, elle fait en sorte que les parois internes de l'utérus soient impropres à la nidation. Pour cela, la muqueuse devient mince par l'action des hormones.
  3. Enfin, la pilule rend la glaire cervicale imperméable aux spermatozoïdes qui n'arrivent pas à atteindre l'utérus pour une éventuelle fécondation.

Dosage et recommandation sur la pilule

Consultation médicale

Pour pouvoir prendre la pilule, il est obligatoire de consulter un médecin. Ceci s'explique par le fait que la pilule contraceptive est délivrée uniquement sur présentation d'une ordonnance médicale établie par une sage-femme, un médecin généraliste ou un gynécologue. La consultation médicale est indispensable dans la mesure où il peut y avoir des contre-indications dans la consommation de la pilule contraceptive par rapport à l'état de santé de la patiente. Cette consultation permettra alors au médecin de détecter ces contre-indications par le biais de certaines questions posées à la patiente ou à ses antécédents familiaux.
Pour une première gélule, l'examen gynécologique n'est pas obligatoire mais la consultation doit se faire pour connaître le type de pilule de contraception adapté. Dans certains cas, le médecin fera faire un bilan de santé pour en savoir plus sur les paramètres organiques de la patiente et son état de santé avant-même la prise de la pilule.

Conditionnement de la pilule

Les pastilles contraceptives existent sous deux formes : d'une part il y a les tablettes de 21 cachets et d'autre part il y a les plaquettes de 28 comprimés.

  • En ce qui concerne les plaquettes de 21 pilules, chaque comprimé doit être pris à la même heure chaque jour. Il faut également suivre le sens des prises comme indiqué sur le cadran. Au bout des 21 jours, on fait un arrêt de 7 jours pour laisser se produire les hémorragies de privation, qui ressemblent aux menstruations qui n'en sont pas. Ensuite, on entame une nouvelle plaquette.
  • Pour ce qui est des plaquettes de 28 pilules, il n'y a pas de temps d'arrêt. Les 24 pilules sont les comprimés actifs, puisqu'elles contiennent les substances actives contraceptives. Les 4 restants ont un effet placebo et servent seulement à compléter les 28 jours pour pouvoir commencer chaque plaquette le même jour.

La 1ère pilule doit être prise le 1er jour des règles. En prenant la première granule un autre jour, il est conseillé d'utiliser un moyen de contraception complémentaire pour éviter les grossesses non désirées. Par ailleurs, il faut compter une prise continuelle de 7 jours non-stop pour s'assurer de l'efficacité de la pilule contraceptive. En cas d'oubli, on veillera à prendre la pilule omise dès que possible et continuer la plaquette jusqu'à la fin. Utiliser un contraceptif complémentaire est de rigueur si l'oubli dépasse les 12 heures.

L'arrêt de la pilule

Pour pouvoir tomber enceinte à nouveau, il suffit d'arrêter de prendre la pilule. L'effet contraceptif de la pilule cesse automatiquement une fois qu'on arrête d'en prendre. Les cycles menstruelles redeviennent normaux immédiatement ou après quelques jours ou quelques semaines en fonction de chaque patiente. Les vraies règles peuvent effectivement prendre quelques semaines avant de redevenir normal. Néanmoins les hémorragies de privation peuvent avoir encore lieu pendant quelques temps. Dans tous les cas, la pilule contraceptive n'a aucun impact négatif sur la fertilité de celles qui en ont pris.
Si on souhaite modifier sa méthode anticonceptionnelle, il faudra en parler au médecin qui a prescrit les pilules contragestives. Ceci afin de s'assurer que l'alternative à la pilule sera adaptée à l'organisme de la patiente. Le choix est large, pour ne citer que les dispositifs intra-utérins, les implants ou encore les injections de progestatifs sans oublier le préservatif.